Le format COBie et l’importance de l’information d’un objet pour la prescription

La prescription, un réel enjeu pour le fabricant.

Plus la prescription est verrouillée et faite en amont, plus le fabricant gagne en visibilité et a un ordre d’idée de son volume et peut effectuer un suivi du projet au plus près. D’où l’importance pour un fabricant de fournir des objets pourvus d'information.


Nous analyserons ici le fonctionnement du document COBie qui permet de renseigner des objets et/ou projets. Puis vous verrez les résultats d’une étude menée auprès des prescripteurs qui explique comment et pourquoi ils prescrivent.


Tout d’abord, COBie signifie « Construction Operation Building Information Exchange » il s’agit d’un format de données non breveté pour la publication de familles dans la maquette numérique, focalisé sur les avantages des données fournies séparément des informations géométriques. Ce format d’échange de données est le standard définit sur le marché britannique.


Dans un projet classique de construction

L’information du bâtiment est contenue dans les plans, les facturations de quantitatifs et dans les CCTP. Les professionnels de la construction collaborent pour rassembler cette documentation. Celle-ci doit ensuite être mise à jour tout au long de la phase de construction et remise au client.
L’objectif derrière ce format, est d’obtenir l’information clé dans ce format, puis la partager à l’équipe de construction lors des phases projet définies.
Le document COBie se présente sous forme d’excel ayant plusieurs onglets.



L’onglet « COBie » n’est pas par définition un modèle complet BIM, mais il contient du contenu structuré par tous les membres de l’équipe de construction et de tous les modèles d’informations comme montrés sur le screenshot ci-dessous. Ces informations peuvent être extraites d’un modèle CAD.


L’onglet « Type » recense les informations extraites des listes de produits définis pour le bâtiment, leurs références et les informations du fabricant. L’onglet « Attribute » détaille les propriétés de chaque type d’objet ; et tous les standards auxquels il doit être conforme. L’onglet « composants » présente l’ensemble des cas possibles pour ce produit. Les informations de cet objet viennent initialement du modèle CAD et sont ensuite liées au type d’informations issues du CCTP.


L’onglet « Contact » liste les coordonnées, les informations ainsi que les missions de l’entreprise. C’est une liste complète des contacts depuis les consultants de conception jusqu’à l’équipe de construction, en comprenant les fabricants et les fournisseurs des systèmes et produits. Cette information est issue du document préliminaire et du CCTP.


L’onglet « Métier » permet aux tâches spécifiques du Facility Management d’être assignées à tous les objets variés qui composent le bâtiment. Au sein du tableau excel, il est possible de lier les données. Les occurrences d’une fenêtre, par exemple, peuvent être liées aux caractéristiques techniques du type de fenêtre ; grâce à une simple liste déroulante. De même, lorsqu’une tâche de Facility Management est assignée, elle peut être assignée au composant le plus pertinent.


COBie peut être utilisée pour renseigner les données d’un produit et soutenir le processus de prescription /sélection / remplacement. Il y existe actuellement 700 templates de formats disponibles dits COBie ; HTML, XHTML, IFC et IFCXML.



Enquête NBS, les réponses reçues sont impressionnantes

Clôturée début décembre 2016, cette enquête nous informe que 65% des répondants s’accordent à dire que dans le futur, les prescriptions auront une durée de vie aussi longue que le bâtiment auxquelles elles sont rattachées.
Plus de la moitié des prescripteurs font leurs propositions selon la performance du produit ; moins de la moitié utilise des marques fabricants. Même si l’on combine prix et processus, cette approche reste la moins populaire.


Lors du briefing, 69% des prescripteurs pensent aux produits qu’ils utiliseront dans le bâtiment. Plus de la moitié réutilisent leurs prescriptions.

Pour réduire les variantes de produits, plus de la moitié des prescripteurs interrogés ont besoin de spécifications / prescriptions verrouillées. Pratiquement le même pourcentage a besoin de prescriptions.


Quel futur pour la prescription ?

Plus de la moitié des répondants souhaitent une collaboration. Presque 9 personnes sur 10 pensent que la prescription a un futur dans le digital, plus de la moitié pensent que la prescription devra être conforme aux standards européens. Tandis que 60% voient la prescription comme appartenant à part entière de la maquette BIM.
75% des prescripteurs interrogés pensent que les prescriptions deviendront encore plus centrales et plus des ¾ s’attendent également à ce que les prescriptions soient liées digitalement à la fois aux plans 2D et 3D – ceci est au cœur du BIM.


Comment vous procurez-vous les informations produits ?

La majorité des prescripteurs vont se renseigner sur internet. Les références venant de documents papiers ont encore une place importante. 80% des interrogés trouvent plus rapide de se référer au résumé technique avant d’effectuer des recherches détaillées.

Enfin, la plupart se fient à leur expérience des produits et des fabricants pour choisir un produit. Ils indiquent également que le BIM influence déjà les décisions.


La majorité des prescripteurs utilisent les moteurs de recherches tels que Google pour sélectionner un produit, ou se rendent sur le site internet du fabricant. La description technique et les informations d’un produit fabricant sont importants pour les prescripteurs.


On observe donc que les informations associées à un objet sont cruciales pour les fabricants et directement liées à la prescription lors de la phase de conception. Le renseignement de ces informations facilite la prescription pour les équipe de conception si celui-ci est bien fait.


Il existe des solutions qui permettent de lier les caractéristiques techniques d’un produit fabricant à un document de manière automatique et en ligne. Cette possibilité permet de rédiger un cahier des charges techniques et spécifiques plus rapidement en liant des informations stockées à la géométrie de l’objet.

face Raphaëlle Jerez-Grisel