Les 10 questions-clés pour vous lancer dans le BIM

Are you BIM Ready ?

Avant de démarrer l'aventure et devenir un fabricant averti certifié BIM READY, voici une synthèse pratique des bons usages du BIM, en 10 questions essentielles à se poser pour bien démarrer ou gérer son projet BIM. Are you ready ?



1) Pourquoi vous lancez vous dans le BIM ? 

Le secteur de la construction n’échappe pas à la vague de fond de la transformation numérique ; et si ce n’est pas la réglementation, ce sont les bureaux d’étude, ou des concurrents déjà actifs qui imposent le passage au BIM aux fabricants.

Pour un fabricant, le BIM permet de se rapprocher de ses prospects, prescripteurs et clients grâce à la collaboration entre tous les acteurs d'un même projet, dès la phase de construction puis tout au long de la vie du bâtiment. En ce sens, le BIM est souvent considéré comme un outil de « lead generation ». C’est aussi un moyen d’amélioration continue de vos produits.

N’oubliez pas néanmoins de définir vos objectifs avant de vous lancer : devenir un véritable fournisseur de données ? Vous positionnez comme un acteur innovant ? Vous rapprochez de vos clients et prescripteurs ? Récupérer à terme des données sur l’usage de vos produits et leur cycle de vie… ?



2) Qu’est-ce que cela induit ?

Pour vous fabricant, entreprendre une démarche BIM, c’est continuer votre transformation digitale. C’est devenir un fournisseur de données, au-delà d'être un fournisseur de produits. C’est également décider de tirer parti des opportunités d’interaction avec vos clients, prescripteurs … vers une autre approche plus collaborative du business.

Cela induit des adaptations dans vos systèmes et votre organisation :

  • - Vos produits doivent être spécifiquement modélisés pour le BIM
  • - Les données de vos produits doivent être identifiées, stockées, transformées au besoin, et mises à disposition.
  • - Un changement culturel doit avoir lieu dans la façon de travailler avec vos parties-prenantes.
  • - Pour tirer parti de ces nouvelles interactions, des personnes doivent prendre en charge ces relations.
  • - Enfin, de nouveaux outils ou logiciels sont nécessaires.



3) Quels usages vont être fait de mes objets BIM ?

Pour viser juste et partir du besoin de vos parties prenantes, rapprochez-vous des architectes, bureaux d’études ou entreprise d’installation avec lesquels vous avez l’habitude de travailler ou bien que vous ciblez. Ils apprécieront la démarche. Profitez-en pour les interroger sur les logiciels, données et classifications qu’ils utilisent. Cela vous permettra de cadrer votre projet en choisissant les bons formats et d’identifier les données à prévoir dans vos objets BIM. À garder en tête : selon les marchés, des standards BIM différents peuvent exister. Par exemple au Royaume-Uni, le standard Cobie est indispensable. Assurez-vous de prendre en compte cette dimension avant de démarrer.



4) Par quels produits commencer ? Dois-je lancer toute ma gamme ? 

Chaque fabricant dans le BIM est spécifique. Certains ont déjà modélisé des objets, d’autres des catalogues entiers, d’autres n’ont pas encore commencé.

Pour se lancer, trois choix sont possibles : 1/ modéliser vos produits les plus vendus afin de rester sur un terrain maîtrisé, 2/ modéliser un produit par catégorie pour ensuite dérouler le catalogue de chaque gamme, 3/ commencer par les produits les plus complexes afin de monter en compétence plus rapidement. 

Afin d’identifier l’approche la plus pertinente pour vous, n’hésitez pas à vous rapprocher de votre écosystème pour glaner des retours d’expérience ou bien à en discuter avec nous.



5) Où trouver les bonnes données ? Et comment les mettre à jour ? 

Toute phase préparatoire implique la question suivante : où se trouvent les données techniques et commerciales de vos produits et comment les rassembler ? L’accessibilité et la structure de vos données produits sont un point important de votre projet BIM.


Bonne nouvelle, inutile de réinventer la roue : vous disposez déjà de la plupart des données nécessaires – l’enjeu est avant tout d’apprendre à les structurer et les organiser pour les besoins de la maquette numérique. Pour cela, l’idéal est de recourir à un PIM (Product Information Management) qui vous permettra d’aller puiser les données pour mettre à jour vos objets BIM.



6) A qui dois-je confier la modélisation ? 

Après avoir défini le cahier des charges, vous devez répondre aux interrogations inhérentes à la modélisation. Est-ce que je possède les connaissances en interne pour réaliser cette modélisation ou dois-je externaliser en m'appuyant sur un prestataire ? Le BIM ouvre le champ des possibles en vous permettant de profiter de l'expertise d'un partenaire. Si vous laissez la conception à un tiers, assurez-vous du bon degré de compréhension du brief, profitez-en pour former quelqu’un de vos équipes, prenez soin de vérifier que vous demeurez le propriétaire des objets et que les mises à jour seront faciles et peu coûteuses.



7) Mes fichiers CAD peuvent-ils servir pour avoir mes objets en BIM ?

Certains fabricants s’appuient sur une base de fichiers CAD dans leurs processus industriels. Une question qui revient souvent est de savoir si on peut se servir des formats pour créer des objets BIM… Vous pouvez effectivement par exemple générer un fichier .rvt, c’est à dire Revit, à partir d’un fichier .dwg. Mais mauvaise idée ! En effet, les fichiers BIM résultant de cette manipulation sont souvent trop lourds et dénués de données exploitables. Par ailleurs, cela ne permet pas d’exploiter la puissance des fichiers natifs BIM notamment pour réaliser des objets paramétriques.



8) Si mes produits sont très paramétrables ou sur-mesure, dois-je développer un configurateur ou un plug-in dédié ?

À cette problématique, il est préférable de pouvoir proposer les deux. À garder en tête cependant, concernant le sur-mesure : le client peut être parfois réticent à l'idée d'installer un configurateur pour chacun de ses fournisseurs. De plus, vous vous engageriez dans un développement parfois long, technique et coûteux à maintenir.

En réalité, vous pouvez exploiter les objets BIM pour créer des objets paramétriques et configurables directement dans les logiciels de modélisation BIM. Les logiciels comme Revit ou ArchiCAD permettent ainsi aujourd’hui d’apporter un niveau d’intelligence aux objets pour proposer des artefacts ultra configurables qui répondent à votre problématique métier.



Illustration de Transair, où tous les produits de la gamme sont intégrés dans un même objet Revit entièrement configurable



9) Où publier mes objets BIM ? 

Il s’agit de choisir une plateforme de publication adaptée à vos clients et prospects mais qui vous laisse la possibilité de distribuer vos objets BIM facilement, via divers plugins ou API. Certains grands acteurs du bâtiment utilisent des outils de gestion de contenu exclusif, comme ENGIE avec Onfly, de BIM&CO. Certaines professions comme les bureaux d’études thermiques ont besoin de données plus spécifiques à certains logiciels de calculs. N’oubliez pas par ailleurs que l’une des premières vitrines de votre marque reste votre site internet, où vos objets BIM doivent aussi être publiés.



10) Une fois tout cela réalisé, comment gérer mes objets BIM ? 

Le BIM ne s’arrête pas là. Ce qui intéresse vos clients et prescripteurs, c’est d’avoir des produits BIM à jour, avec des données à jour ! Une fois vos objets BIM réalisés, il faut donc pouvoir les gérer pour facilement les mettre à jour, ajouter ou modifier des références, ou le compléter avec des fiches techniques et d'autres documentations. C’est là que votre choix de plateformes partenaires est important. Assurez-vous que vous pouvez facilement faire des modifications ou idéalement connecter votre PIM pour que les mises à jour soient automatiques.  


Si vous souhaitez échanger avant de vous lancer dans le BIM ou pour optimiser votre mode de fonctionnement, n’hésitez pas à prendre contact avec l’équipe BIM&CO qui aura plaisir à vous répondre.



face Vincent Berlioz